Nouvelles

Retourner à la liste des nouvelles

Le 8 décembre 2017

Qui sont les filiales de sociétés internationales au Québec?

Depuis 2010, l’équipe d’experts de la Direction des filiales de sociétés internationales d’Investissement Québec contribue à la croissance, à la pérennité et au succès des filiales établies au Québec. « Mieux nous connaissons ces entreprises, mieux nous pouvons les aider, soutient Éric Dequenne, vice-président, Affaires internationales. C’est pourquoi nous avons réalisé un sondage auprès d’elles. »

 

Photo d'Éric Dequenne au Forum des dirigeants de filiales de sociétés étrangères, à Québec 

Menée par Pierre Emmanuel Paradis, économiste et président d’AppEco, cette enquête a permis de tracer le portrait des filiales et d’évaluer leur contribution à l’économie du Québec. Au total, 213 filiales, représentant 60 000 employés, ont répondu au sondage.

 

Des retombées régionales importantes
Sans grande surprise, les résultats indiquent que 59 % des emplois que génèrent les filiales sont concentrés dans la région montréalaise. « Cependant, hors des centres urbains de Montréal et de Québec, les filiales fournissent le tiers des emplois, rappelle Pierre Emmanuel Paradis. Leurs retombées dans les régions sont donc importantes. »

 

Lorsqu’on leur a demandé de qualifier leur autonomie décisionnelle, seulement 10 % des filiales l’ont jugée très grande ou totale : la majorité des décisions se prend donc à l’étranger. Autre constat : 70 % des filiales établies au Québec sont des centres de coûts. « Cette réalité les incite notamment à innover et à augmenter leur productivité pour garder leur place au sein du groupe », fait remarquer Éric Dequenne.

 

D’excellents clients pour les PME québécoises
Le poids économique des filiales est grand, puisqu’elles génèrent 12,4 % du PIB du Québec, ce qui équivaut à 118 700 $ par employé, soit 7 % de plus que les entreprises de propriété québécoise. Lorsqu’on considère leur rayonnement auprès des fournisseurs québécois, la contribution des filiales au PIB grimpe à 19 %. « Il s’agit d’un constat fort positif, ajoute Pierre Emmanuel Paradis. On estime en effet que les filiales achètent pour 15,8 G$ auprès des PME d’ici. »

 

Portrait des filiales de sociétés étrangères au Québec

 

Aux yeux de l’analyste, le fait que les filiales sont résolument tournées vers l’exportation est un autre constat important : « Les résultats indiquent que 72 % des revenus des filiales manufacturières, par exemple, proviennent de l’extérieur du Québec, y compris 51 % d’exportations internationales. »

 

Des défis particuliers
L’enquête s’est également intéressée aux risques auxquels les filiales sont exposées. Près de 30 % d’entre elles ont jugé élevés ou très élevés trois des quatre risques internes mesurés. « Ces risques propres aux filiales — le transfert d’activités dans d’autres usines du groupe, par exemple — sont donc bien présents », souligne Éric Dequenne. Quant aux risques externes, plus de la moitié des filiales considèrent la concurrence comme le risque plus important, tandis que le risque d’endettement est jugé très faible.

 

« L’enquête confirme l’importance des filiales pour l’économie du Québec et leur caractère particulier, de conclure Éric Dequenne. Ces constats nous encouragent à continuer de les aider à réaliser leurs projets et à résoudre les enjeux stratégiques qui les freinent. »

 

Voir la présentation d’AppEco

Partager

Contactez votre expert

Isabelle Fontaine

Directrice principale, Affaires publiques et gouvernementales, Montréal

Contactez votre expert

Isabelle Fontaine

Directrice principale, Affaires publiques et gouvernementales, Montréal