Microélectronique
Une place de choix pour la R-D


L'innovation et la R-D sont les assises de la réussite en microélectronique. Ce sont des domaines dans lesquels les entreprises québécoises excellent, de sorte qu'elles satisfont aux besoins du marché à des coûts compétitifs.

 

  • Un chercheur ou un spécialiste étranger peut bénéficier d'une exemption d'impôt provincial de cinq ans.
  • Grâce aux mesures fiscales offertes par les gouvernements du Québec et du Canada, le Québec est reconnu comme l’un des endroits les plus propices pour mener des activités de R-D.
  • En outre, de généreux crédits d’impôt permettent aux entreprises de réduire le coût de leurs dépenses en R-D.

Ericsson construit un nouveau centre de R-D à Montréal

 

La multinationale suédoise Ericsson a commencé la construction d’un nouvel immeuble qui réunira, d’ici la fin de 2016, les 1 700 personnes de son centre de R-D et de services montréalais. Les nouveaux locaux permettront aux employés de travailler dans un édifice de prochaine génération, position­nant l’entreprise en tant qu’intervenante de premier plan dans l’écosystème des technologies de l’information et des communications au Canada.

 

Maquette du futur centre de R-D d'Ericsson à Montréal

 

Ericsson est présente au Québec depuis le début des années 1980. Son centre de R-D montréalais est l’un des plus grands qu’elle possède à l’extérieur de la Suède et cet investissement vient souligner l’engagement à long terme du géant de la microélectro­nique envers Montréal.

 

Outre cette installation, la multinationale est également en train de construire un gigantesque centre de données de 1,2milliard de dollars à Vaudreuil-Dorion.

IBM Canada, Teledyne DALSA et l’Université de Sherbrooke sont les partenaires fondateurs d’un centre d’excellence mondial de développement en assemblage de puces électroniques et de microsystèmes électromécaniques, le C2MI . Son modèle d’affaires unique repose sur les forces suivantes :

 

Emplacement privilégié

Situé au cœur du corridor de la microélectronique du nord-est du continent américain, le Centre mobilise plus de 750 chercheurs provenant des secteurs industriels et universitaires. La région de Bromont compte à elle seule plus de 3 000 emplois liés à la microélectronique.

 

Commercialisation accélérée

Le C2MI révolutionne, à l’échelle internationale, la mise sous boîtier des prochaines générations de puces et la fabrication de systèmes électromé­caniques sur gaufres de 200 mm. Son rôle en aval consiste à :

 

  • produire des puces de 45 nm, 32 nm et 22 nm;
  • mettre au point les technologies de découpage;
  • relier électriquement les puces à des boîtiers novateurs;
  • gérer leur dissipation thermique;
  • tester les puces et simuler leur production afin d’accélérer la commercialisation de produits novateurs.

 

« L'expertise détenue au C2MI, tant au niveau de l'encapsulation avancée, que des MEMS ou encore de la caractérisation des matériaux ou de l'analyse de défaillances, ont permis à un nombre important d'entreprises d'ici et d'ailleurs de se distinguer. Notre modèle collaboratif crée un environnement extrêmement dynamique pour les générations futures de scientifiques, génère des emplois hautement qualifiés et des occasions d'affaires pour plusieurs d'entreprises, tout en renforçant la réputation du Canada en tant que nation innovatrice. »

Normand Bourbonnais, président - Directeur général, C2MI

 

Communiqué Ouvre une nouvelle fenêtre (22 juillet 2015)

 

Propriété intellectuelle

Les membres du C2MI conserveront la propriété intellectuelle de leurs projets élaborés au C2MI tout en poursuivant l’objectif commun d’une commercialisation accélérée au Canada.

 

Infrastructure, équipements et savoir-faire

Si la recherche et l’innovation sont aussi dynamiques, ce n’est pas le fruit du hasard! La judicieuse combinaison de chercheurs hautement qualifiés et d’équipements à la fine pointe de la technologie, réunis dans une infrastructure moderne, explique en grande partie l’effervescence qui anime le secteur de la microélectronique.

 

Le ReSMiQ Ouvre une nouvelle fenêtreest un centre de recherche destiné à la microélectronique au Québec. Il trouve ses origines dans le centre de recherche du GRIAO qui a été fondé en 1991 par quatre institutions montréalaises : l'Université Concordia, l'École Polytechnique de Montréal, l'Université McGill et l'Université de Montréal.

 

  • Aujourd'hui, le ReSMiQ regroupe une cinquantaine de chercheurs et plus de 480 étudiants aux cycles supérieurs provenant de dix universités.
  • Les travaux du centre sont orientés vers la recherche de pointe dans les domaines de l'architecture de systèmes, de la conception de circuits et de microsystèmes numériques, analogiques et mixtes, du test et de la vérification.
  • Ces travaux sont consacrés à des applications en télécommunications, au domaine biomédical, à des circuits RF et à du traitement de signal.

École de technologie supérieure (ÉTS)

 

École Polytechnique de Montréal

 

Université Concordia

 

Université de Sherbrooke

 

Université du Québec à Montréal (UQAM)

 

Université du Québec à Trois-Rivières

 

Université McGill

Partager

Contactez votre expert

Benoît Larouche

Directeur, Développement des affaires, New York