Communiqués

Retourner à la liste des communiqués

Le Président et chef de la direction d’Investissement Québec, Jacques Daoust, réagit à la fermeture des centres d’appels d’IQT

Montréal, le 20 juillet 2011 - Dans le contexte de la fermeture des centres d'appels d'IQT, le Président et chef de la direction d'Investissement Québec, Jacques Daoust, a transmis une lettre aux Coprésidents d'IQT.

 

MM. John Fellows et Alex Mortman
Coprésidents
IQT Inc.
100 Park Avenue Room 1600
New York, NY 10017-5538

 

Messieurs les Coprésidents,

 

J'ai appris par les médias que votre entreprise avait décidé de cesser ses opérations au Québec, le vendredi 15 juillet. Vos employés ont appris à cette même date qu'ils perdaient leur emploi, et ce, sans préavis. Je vous demande donc de rembourser la subvention de 669 996 $ qui vous a été versée par Investissement Québec en 2000 pour l'implantation du centre d'appels à Laval, puisque votre entreprise n'a pas respecté la Loi sur les normes du travail. Cette subvention a été versée à même les fonds publics, donc avec les impôts des Québécois.

 

Plus de 590 citoyens et citoyennes du Québec se retrouvent sans emploi et sans documents leur permettant d'avoir accès aux prestations d'assurance-chômage auxquelles ils ont pourtant droit en vertu des lois canadiennes auxquelles votre entreprise est assujettie. Aussi, jusqu'à preuve du contraire, vos employés mis à pied n'ont pas reçu les indemnités de départ prévues à nos lois. Dans de telles circonstances, l'ensemble des exigences tant canadiennes que québécoises ne sont pas excessives par rapport au préjudice que constitue, pour un travailleur, la perte de son emploi.

 

La société que je dirige a, entre autre responsabilité, celle d'inciter les entreprises étrangères à venir s'installer chez nous. Présentement, nous comptons plus de 1 300 entreprises étrangères qui sont en exploitation au Québec et qui respectent les lois qui les gouvernent.

 

Je suis étonné qu'une entreprise comme la vôtre se comporte de façon aussi cavalière avec ses travailleurs. Étant, depuis plus de cinq années, un témoin privilégié de l'arrivée et du départ de sociétés étrangères au Québec, je n'ai jamais observé un comportement comme le vôtre.

 

Comprenez-moi bien, je ne cherche pas à vous retenir, je n'en ai pas le pouvoir. Ce que je souhaiterais cependant, c'est que vous vous comportiez de façon responsable face aux obligations qui vous incombent. À ce jour, vous êtes un très mauvais exemple pour ce grand voisin que sont les États-Unis d'Amérique. De grâce, reprenez-vous et ayez une sortie digne. La réputation de votre entreprise vaut beaucoup plus que cela.

 

Jacques Daoust

 

-30-

 

Source et information :
Investissement Québec

1 866 870-0437

Partager

Contactez votre expert

Marie-Ève Savard

Conseillère aux relations gouvernementales et aux affaires publiques, Montréal

Contactez votre expert

Marie-Ève Savard

Conseillère aux relations gouvernementales et aux affaires publiques, Montréal