Archives SGF

Retourner à la liste des archives SGF

La SGF a investi 288 millions de dollars en 2009

Montréal, le 1er avril 2010 — En 2009, la Société générale de financement du Québec (SGF) a investi 288 millions $, dépassant de ce fait son objectif d'investissement annuel qui est de 250 millions $ par année. La SGF a joué un rôle important auprès d'entreprises performantes afin de les appuyer dans un contexte économique difficile. Bénéficiant de nouveaux outils financiers, la SGF a pu offrir des solutions financières sous forme de dette en plus d'investissements en équité. Ainsi, elle a investi dans des projets de croissance, d'acquisition et de soutien, conformément à ses orientations stratégiques. 

 

«En 2009, la SGF a une fois de plus démontré son importance en appuyant des entreprises performantes du Québec, dans un contexte économique difficile, a déclaré le président-directeur général de la SGF, monsieur Pierre Shedleur. Les retombées économiques sont d'autant plus importantes dans ce contexte car en s'associant avec nos partenaires, nous avons contribué à protéger l'emploi de plus de 11 200 travailleurs et travailleuses cette année», d'ajouter monsieur Shedleur.

 

Impacts économiques de l'année 2009

La SGF participe activement au développement économique du Québec et est la seule institution à effectuer la totalité de ses investissements dans des projets d'entreprises.

 

Ses investissements en 2009 :

 

    • C’est une participation à des projets d’une valeur globale de près de 1 250 milliard $;
    • C’est la création de 900 emplois d’avenir pour une masse salariale de 50 millions $ par année;
    • C'est également la création de 4 200 emplois (année-personne) pendant les phases d'investissement ou de construction des projets, ce qui représente une masse salariale de plus de 300 millions $;
    • C’est une protection pour plus de 11 200 travailleurs du secteur manufacturier qui sont à l’emploi d’entreprises éprouvées par la récession;
    • C’est un appui stratégique au repositionnement d’entreprises forestières.

 

La crise économique affecte le rendement du portefeuille de la SGF

La situation économique difficile a toutefois entraîné des pertes d'opération et des pertes de valeur importantes pour certaines entreprises de son portefeuille, ce qui se solde, pour la SGF, par une perte nette de 245 millions $, représentant un rendement négatif de 13,3 %.

 

Dans le cadre de sa mission visant à réaliser des projets de développement économique au Québec, la SGF s’expose à des risques importants avec lesquels elle doit composer. Le portefeuille de la SGF est constitué majoritairement d’investissements en capital-actions dans des entreprises, ce qui comporte un risque élevé. Ces entreprises sont pour la plupart exposées à la conjoncture mondiale et sont soumises notamment aux variations des taux de change, du prix des matières premières et à celui des produits substituts. De plus, nombre d'entreprises partenaires de la SGF sont en partie tributaires de leurs exportations et ont été directement affectées par la baisse de la demande, particulièrement en provenance des États-Unis. De fait, plus de 80 % du portefeuille de la SGF est composé d’entreprises du secteur manufacturier qui ont continué à subir les impacts de la crise qui a débuté en 2008.

 

La perte de 245 millions $ de la SGF se compose principalement de pertes de 208 millions $ reliées à des dévaluations d'actifs et à des frais de fermeture dans des entreprises pétrochimiques et forestières. En outre, des pertes d'opération de 19 millions $ ont été encourues par la SGF, notamment dans le secteur de l'aluminium en raison d'une conjoncture défavorable en 2009.

 

Par ailleurs, la SGF souligne que ses frais d'exploitation ont diminué comparativement à l'année précédente, passant de 34 millions $ en 2008, à 31 millions $ pour l'exercice financier 2009 et ce, malgré un niveau d'activités élevé; représentant une diminution de

9 % comparativement à l'exercice précédent.

 

À propos de la SGF 

La Société générale de financement du Québec (sgfqc.com), holding industriel et financier, a pour mission de réaliser des projets de développement économique, notamment dans le secteur industriel, en collaboration avec des partenaires et à des conditions de rentabilité normales, conformément à la politique de développement économique du gouvernement du Québec. Dans le cadre de son mandat, la SGF est autorisée par le gouvernement du Québec à déborder de son rôle traditionnel d’investisseur au capital-actions pour offrir des solutions financières supplémentaires comme le prêt, la débenture ou l’investissement en capital-actions privilégié.

 

- 30 -

 

Source :

Sophie Alarie, conseillère principale,

Communications et relations avec les médias

Tél.: 514 876-9368

 

 

Investissements de la SGF en 2009

 

Corporation Minière Osisko. 75 millions $ pour permettre de développer le projet minier aurifère Canadian Marlartic qui nécessitera des investissements approximatifs de l'ordre de 1 milliard $.

 

Laboratoires Paladin. 5,1 millions $ dans une entreprise de Montréal qui est le chef de file en matière de produits pharmaceutiques spécialisés. Cette transaction s'inscrit dans le contexte de la convention de prise ferme de 51 millions $ annoncée le 21 mai 2009.

 

Transcontinental. 50 millions $ pour aller de l'avant avec des projets de développement de croissance, dans le domaine des nouveaux médias et des technologies internet.

 

BRP. 50 millions $ pour lui permettre de maintenir son exploitation à un niveau optimal et de protéger au mieux les emplois au Québec.

 

Gestion forestière St-Maurice. 60 millions $, pour près de 4 000 km2 de territoire forestier afin de renforcer le rôle stratégique de la SGF comme gestionnaire de territoires forestiers.

 

Temrex. 12 millions $ pour favoriser la préservation de la ressource, veiller à un approvisionnement dynamique des entreprises avoisinantes et contribuer à la consolidation de l’industrie. Ainsi, la SGF en devient l'unique propriétaire.

 

CAE, en collaboration avec le Fonds de Solidarité FTQ. 30 millions $ pour la création d'une société en commandite qui offre, aux clients admissibles, un financement concurrentiel par crédit-bail pour le matériel civil de simulation de vol CAE construit au Québec et exporté dans le monde entier.

 

Lions Gate. 6,1 millions $ pour la production de 13 épisodes de «Blue Mountain State» tournés à Montréal, ayant des retombées économiques de plus de 10 millions $.

 

 Tableau: Sommaire des résultats consolidés 2009

Partager

Contactez votre expert

Marie-Ève Savard

Conseillère aux relations gouvernementales et aux affaires publiques, Montréal

Contactez votre expert

Marie-Ève Savard

Conseillère aux relations gouvernementales et aux affaires publiques, Montréal