Nouvelles

Retourner à la liste des nouvelles

Le 10 décembre 2021

Comment intégrer les facteurs ESG pour répondre aux attentes des investisseurs?

Les facteurs environnementaux et sociaux ainsi que ceux liés à la gouvernance (ESG) sont des incontournables pour toute entreprise qui cherche à obtenir du financement, quelle que soit sa taille. En effet, ces facteurs, source de rentabilité, doivent dès maintenant, être intégrés à la gestion de l’entreprise puisqu’ils seront la norme d’ici cinq à dix ans. Mais comment faire pour intégrer les facteurs ESG et satisfaire aux exigences des investisseurs?

 

Conversation entre deux personnes assises sur des fauteuils

 

Voici les réponses de deux expertes en investissement : Andrée-Lise Méthot, fondatrice et associée directrice de Cycle Capital, et Alia Drouin, directrice, Investissement d’impact et relations publiques, Cycle Capital.

Un changement profond et mondial

 

Toutes les entreprises doivent tenir compte des facteurs environnementaux et sociaux ainsi que des enjeux liés à la gouvernance. Il ne s’agit pas d’une mode, mais d’une transformation profonde du monde de la finance et de l’ensemble des grandes entreprises de la planète, selon Andrée-Lise Méthot. « Bien sûr, le rendement financier est encore pertinent, mais la manière dont une entreprise fait les choses sur les plans environnemental et social et en matière de gouvernance déterminera dorénavant ses possibilités de financement », estime-t-elle.

 

Aujourd’hui, 98 % des investisseurs institutionnels affirment prendre en considération des facteurs non financiers au cours du processus d’investissement, contre seulement 60 % en 2016. En 2019, 90 % des entreprises inscrites au S&P 500 ont publié des rapports sur le développement durable et 33 % des bourses mondiales exigeaient la divulgation de la performance ESG.

 

« L’investissement responsable et l’intégration des facteurs ESG sont en train de devenir un standard à l’échelle internationale. C’est également vrai au Canada, où l’investissement responsable représentait 62 % des actifs sous gestion en 2019, un bond de 48 % depuis 2017 », ajoute Alia Drouin.

Facteurs environnementaux

 

Ces facteurs représentent le risque environnemental, c’est-à-dire l’incidence des activités de l’entreprise sur l’environnement et le climat. Ils comprennent la pollution, les émissions de GES, les menaces pour la biodiversité, la gestion de l’eau et des déchets, l’efficacité énergétique ainsi que les risques et les occasions liées aux changements climatiques.

 

Facteurs sociaux

 

Les facteurs sociaux englobent de multiples enjeux : les droits de la personne, la diversité (notamment l’intégration des femmes et des minorités), la santé et la sécurité au travail, le travail forcé (y compris le travail des enfants), la relation avec les consommateurs, le respect des peuples autochtones, les conditions de travail, le consentement des communautés et les répercussions des activités de l’entreprise sur celles-ci.

 

Facteurs liés à la gouvernance

 

La gouvernance regroupe entre autres la conformité fiscale, l’indépendance, la composition et les responsabilités du conseil d’administration, les droits des actionnaires, la rémunération des dirigeants ainsi que l’alignement des intérêts de la direction et des actionnaires.

 

Attentes et questions des investisseurs

 

Les exigences des investisseurs à l’égard des facteurs ESG et de l’investissement responsable peuvent varier considérablement. « Entre l’investissement traditionnel, l’investissement d’impact et la philanthropie se trouvent divers investisseurs aux attentes bien différentes. Cycle Capital, par exemple, exige des entreprises non pas la perfection, mais une progression au fil du temps sur certains facteurs qui lui tiennent à cœur, comme la diversité au sein de la direction et du conseil d’administration, et les émissions de GES », explique Mme Drouin.

 

Pour évaluer la prise en compte des facteurs ESG, l’investisseur posera généralement une série de questions à l’entreprise lors de son processus de vérification diligente. « Outre les questions financières, stratégiques et organisationnelles, il posera des questions sur les facteurs ESG pour vérifier si l’entreprise fait l’objet d’enquêtes environnementales, par exemple, poursuit Mme Drouin. Malheureusement, ces questions ne sont pas encore standardisées. »

 

Comment s’y prendre pour intégrer les facteurs ESG?

 

« L’important, c’est de commencer avec des choses qu’on comprend bien, puis de s’améliorer avec le temps », conseille Mme Méthot. Il faut « commencer petit », en prenant conscience de l’importance de certains facteurs ESG dans l’entreprise, puis en sélectionnant quelques indicateurs pertinents à mesurer au fil du temps. Au bout de quelques trimestres, l’entreprise peut présenter ses résultats au conseil d’administration à des fins de discussion et d’amélioration continue. Il est essentiel que la gestion des facteurs ESG fasse partie de la gouvernance de l’entreprise.

 

« Il faut aussi se montrer pédagogue, c’est-à-dire expliquer aux employés, à la direction et au conseil d’administration pourquoi l’entreprise se lance dans une démarche ESG, ce qu’elle compte en tirer et comment elle va procéder, ajoute Mme Drouin. Toute l’entreprise doit se mobiliser. »

 

Finalement, l’entreprise en tirera de nombreux avantages, car elle aura une meilleure vision de sa gestion des risques, elle comprendra mieux son incidence sur ses parties prenantes, elle attirera plus facilement les talents dont elle a besoin et elle sera en mesure de suivre l’évolution de la réglementation.

 

Votre entreprise souhaite entreprendre une démarche pour intégrer les facteurs ESG à ses pratiques d’affaires? Visitez compétivert.com Ouvre une nouvelle fenêtre

 

À voir aussi :

 

Visionnez toutes nos classes de maître Ouvre une nouvelle fenêtre

 

Vous aimeriez lire les faits saillants de l’une des Classes de maître précédentes? Cliquez sur les titres ci-dessous:

 

Partagez