Nouvelles

Retourner à la liste des nouvelles

Le 5 novembre 2021

6 conseils pour devenir une entreprise écoresponsable

Dès son arrivée à Produits Neptune, en 2008, Jean Rochette a compris que l’écoresponsabilité n’était pas une simple mode, mais la voie de l’avenir. Le fabricant de produits de salle de bain a ainsi commencé dès 2012 à transformer ses pratiques d’affaires, ce qui lui a valu de nombreuses distinctions, dont la première certification Écoresponsable de son secteur. L’entreprise a visé juste et elle en tire aujourd’hui des avantages sur tous les plans : économique, social et environnemental.

 

Voici six conseils pour passer à l’action en vous inspirant du parcours de ce chef de file québécois du développement durable.

 

Photo d'une salle de bain de Produits Neptune

 

1. S’investir dans la démarche

 

Pour le président de Produits Neptune, il est essentiel que la direction de l’entreprise s’investisse dans les initiatives de transformation écoresponsable pour que la démarche soit réussie et, surtout, rentable. « Il faut y croire, explique-t-il. Si une entreprise se lance sans conviction, en attendant de voir si les résultats seront concluants, cela ne fonctionnera pas. L’initiative doit être portée par les dirigeants et appuyée par un comité interne. Ils doivent travailler ensemble pour atteindre les mêmes objectifs. »

 

2. Commencer dès maintenant

 

Si l’écoresponsabilité est une tendance bien marquée, elle a de fortes chances de devenir la norme d’ici les prochaines années, selon Jean Rochette. « Le train est en marche et je préfère largement conduire la locomotive plutôt d’être à la remorque des autres! », ajoute-t-il. Et les répercussions seront nombreuses : les grands donneurs d’ordres, dont le gouvernement, exigeront de plus en plus que leurs fournisseurs soient écoresponsables; les consommateurs chercheront à acheter des produits certifiés écoresponsables; les travailleurs seront davantage attirés par des employeurs qui auront à cœur le développement durable, un facteur non négligeable en temps de pénurie de main-d’œuvre. C’est pourquoi les entreprises doivent entreprendre leur démarche sans tarder. Leurs efforts se transformeront inévitablement en avantage concurrentiel.

 

3. Voir l’investissement plutôt que la dépense

 

Bien sûr, les transformations ont un coût, mais pour Jean Rochette, les avantages économiques sont indéniables. Ce qui importe, c’est de faire des choix pertinents et de viser la rentabilité à long terme. Par exemple, les mesures mises en place par Produits Neptune, notamment la robotisation et la valorisation des retailles d’acrylique et de bois, lui ont permis de tripler son chiffre d’affaires en sept ans, car l’entreprise est plus productive. En outre, la réduction du gaspillage lui permet d’économiser 200 000 $ par année. Au final, l’investissement de 2,5 M$ a été rentabilisé en moins de deux ans.

 

4. Mobiliser les employés

 

Le succès de tout projet d’écoresponsabilité repose sur la mobilisation des employés : bien souvent, ce sont eux qui trouvent les solutions. En outre, ils bénéficient des principales retombées sur le plan social. Dans le cas de Produits Neptune, le taux de roulement de l’effectif a chuté à moins de 1 %, le nombre d’accidents de travail a diminué de 83 % depuis 2007 et de nombreux employés ont obtenu leur diplôme d’études secondaires grâce au programme de formation mis en place. L’entreprise a d’ailleurs installé un tourne-bain et un tourne-douche pour faciliter le travail de ses employés et réduire les risques de lésions professionnelles. Ces deux mesures lui ont chacune valu le prix national de la CNESST.

 

5. Miser sur de petites victoires

 

Pour réussir, il faut commencer progressivement, en instaurant plusieurs petits projets qui, ensemble, deviennent extraordinaires. Chaque succès procure un sentiment de victoire et devient une source de motivation et de fierté. Pour sa part, Produits Neptune a mis en œuvre plusieurs projets simples, mais rentables : amélioration de la qualité de l’air, utilisation de papier 100 % recyclé, récupération des matières premières et installation de bornes de recharge pour véhicules électriques. En outre, l’installation d’un réservoir lui a permis de diminuer considérablement la quantité d’eau utilisée pour tester ses produits : l’équivalent d’une piscine olympique se résume maintenant à un seul verre d’eau.

 

6. Structurer sa démarche

 

Dès le départ, on recommande de mettre sur pied une équipe restreinte qui orientera la démarche. Vient ensuite le diagnostic de performance environnementale industrielle. Il est important, à cette étape, de faire appel à des experts. Ceux-ci repèrent différentes options pour l’entreprise, qui sélectionne les projets les plus porteurs pour elle, compte tenu des ressources humaines et financières disponibles, des dépenses en capital nécessaires et du taux de rendement attendu. L’entreprise définit ensuite sa vision et ses objectifs, puis élabore son plan d’action et son échéancier.

 

Si le fabricant Produits Neptune est fier d’avoir réussi à réduire son empreinte écologique, il n’entend pas s’arrêter là. L’écoresponsabilité est un processus d’amélioration continue, comme le souligne Jean Rochette. Prochain objectif : réduire l’empreinte carbone, en mesurant les GES de l’entreprise et de toute sa chaîne de valeur, à commencer par ses fournisseurs.

 

Partagez