Pourquoi le Québec?
Infrastructures de transport


Le Québec est une plaque tournante vers les Amériques et offre un accès privilégié à 480 millions de consommateurs. Il compte des infrastructures de transport modernes et efficaces qui permettent d’expédier la marchandise par voie terrestre, ferroviaire, maritime ou aérienne, voire même par deux ou plusieurs de ces voies réunies.

Le Québec, champion du transport intermodal

Photo des infrastructures de transport du port de MontréalIl y a toute une histoire d’ingéniosité et de débrouillardise derrière le transport intermodal québécois! Pour explorer ce vaste territoire de 1,2 million de kilomètres carrés, il a fallu faire preuve de polyvalence et s’adapter aux différentes saisons ainsi qu'à la géographie diversifiée. Fort de cette expérience, le Québec a su développer pleinement son réseau de transport. Aujourd’hui, il est facile pour les entreprises de jumeler le transport aérien, ferroviaire, routier et maritime pour mener les marchandises à bon port.

Photo d’un avion décollant près de la tour de contrôle de l’aéroport Montréal-TrudeauLe Québec n’a rien à envier aux autres grandes régions urbanisées! Il compte 3 aéroports internationaux, 82 aéroports régionaux et 45 transporteurs aériens, qui desservent chaque semaine quelque 140 destinations intérieures et internationales.

 

Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau (PET)
Situé à seulement 15 minutes du centre-ville de Montréal, cet aéroport a vu son trafic total atteindre 14,8 millions en 2014. Une hausse de 5,3 % en une année, ce qui est largement supérieur aux prévisions. Depuis 2000, 1,6 G$ a été investi pour moderniser ou remplacer les installations aéroportuaires, conformément aux critères internationaux les plus élevés.

 

Aéroport international Montréal-Mirabel
Mirabel, c’est l’aéroport de vols cargo. Accessible 24 heures par jour, cet aéroport offre des horaires très souples aux transporteurs, ainsi que des installations efficaces, modernes et à prix concurrentiels. Les droits d’atterrissage sont en moyenne de 75 % à 85 % moins élevés qu’à New York, Boston ou Toronto.

 

Aéroports de Montréal Ouvre une nouvelle fenêtre

Photo de navires de charge dans le port de MontréalLe port de Montréal Ouvre une nouvelle fenêtreest l’un des ports intérieurs les plus achalandés du monde! C’est aussi le plus important port à conteneurs de l'est du Canada. Situé sur le fleuve Saint-Laurent, une des plus grandes voies navigables du monde, il est la liaison intermodale la plus directe entre le cœur industriel de l’Amérique du Nord et les marchés de l’Europe du Nord et de la Méditerranée.

 

  • Avec un parc d’équipements de pointe, le port de Montréal fonctionne sans interruption, à longueur d’année. Il dispose d’une infrastructure routière et ferroviaire qui permet un accès rapide aux principaux marchés du centre et de l’est de l’Amérique du Nord, incluant les États du Midwest américain.
  • Le port de Montréal est l’un des plus sécuritaires du monde.
  • L’Administration portuaire de Montréal investit dans ses infrastructures pour offrir un service de qualité optimale et accroître sa capacité de manutention de marchandises conteneurisées.

Avec un réseau ferroviaire relié au grand réseau nord-américain, le train est un autre moyen privilégié pour expédier des marchandises. 

 

Photo de voies ferrées près d’un bâtiment industriel

  • Chaque jour, des trains de conteneurs se dirigent vers Toronto, Vancouver, Détroit, Chicago, New York et Philadelphie, grâce à un réseau de 36 terminaux intermodaux spécialisés.
  • Le Canadien National Ouvre une nouvelle fenêtre(CN), dont le siège social est situé à Montréal, est le premier transporteur ferroviaire en importance au pays, son réseau s’étendant sur plus de 32 000 kilomètres (19 200 milles) d’un océan à l’autre.
  • Le Canadien Pacifique Ouvre une nouvelle fenêtre(CP) exploite un réseau de plus de
    23 000 kilomètres (13 800 milles) qui dessert tous les centres urbains du Canada ainsi que du Nord-Est et du Midwest américains. Il donne ainsi accès aux marchés des quatre coins de l’Amérique du Nord via le port de Montréal.
  • Le réseau ferroviaire du port de Montréal Ouvre une nouvelle fenêtres’étend sur 12 kilomètres (7,5 milles) et compte près de 100 kilomètres (62 milles) de voies ferrées le long des quais et sur les terminaux.
  • CSX Open a new window: La ville de Salaberry-de-Valleyfield, située à l’ouest de Montréal, a récemment accueilli le nouveau terminal de CSX Intermodal, affilié à CSX Transportation, l’une des plus importantes sociétés de transport ferroviaires des États-Unis. La position stratégique du terminal permet une connectivité, une capacité et une efficacité supérieures pour toutes les expéditions de fret intermodales transfrontalières partout en Amérique du Nord. La grande région de Montréal disposera donc désormais d’un nouveau transporteur ferroviaire de marchandises qui la reliera notamment à Cincinnati, Nashville, Atlanta, Birmingham, Baltimore, Chicago et Cleveland. Il s’agit, en quelque sorte, d’une solution de rechange aux services de transport du Canadien National (CN) et du Chemin de fer Canadien Pacifique (CP).
  • Le contexte de déréglementation nord-américain assure des tarifs de camionnage très concurrentiels et une circulation transfrontalière efficace.
  • La frontière canado-américaine est située à seulement 45 minutes de route de Montréal.
  • Les villes de Toronto et de Boston se trouvent à moins de 6 heures de route, et New York, à seulement 7 heures de distance.
  • Les postes frontaliers Québec–États-Unis offrent un accès direct vers les villes de New York, Philadelphie et Washington D.C.

LA NOUVELLE STRATÉGIE MARITIME DU QUÉBEC

 

Le gouvernement du Québec vient de lancer une nouvelle stratégie maritime de 1,5 milliard de dollars pour mettre en valeur l’immense potentiel maritime du Québec.

 

Le développement de l’économie maritime est au cœur de cette stratégie, qui prévoit d’importants investissements entre autres dans les infrastructures portuaires, la création de deux pôles logistiques situés dans la grande région de Montréal, le renforcement des industries de la pêche et de l’aquaculture et le développement de la connaissance scientifique. Le gouvernement entend investir 15 millions de dollars au cours des prochaines années pour développer les compétences de la main-d’œuvre afin d’atteindre les plus hauts niveaux de connaissances.

 

Pour en savoir davantage sur la Stratégie maritime Ouvre une nouvelle fenêtre

Partager

Contactez votre expert

Benoît Larouche

Directeur, Développement des affaires, New York